1
min

Lumières dans la nuit

70 lectures

1

La nuit noire est silencieusement effrayante,
Des ombres sinistres se coursent sur les murs,
La nuit tranche l'obscur comme une griffure,
Détachant sa clarté sur les flaques brillantes.

Assis seul avec les ténèbres chatoyantes,
Un gamin se tient là, contre la pierre dure,
grelottant, il se réchauffe avec des ordures,
qu'il trouve, il ressent la fraîcheur abondante.

Sur lui planent les grands corbeaux noirs de la mort,
Livré sans défense face à son triste sort,
Il veut lutter contre ses malheurs d'orphelins.

Brusquement, le noir de la nuit est embrasé,
Le petit pleure dans sa chemise de lin,
Au loin des gens sont morts, la bombe a explosé.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,