L'ours, le ver et la pomme

il y a
1 min
19
lectures
5

Se dire en un mot : dur! En deux, c'est plus mais quand même encore bien peu. En trois, il faut se plier en quatre, et de cinq à sept c'est trop tard. Bref, mieux vaut se taire et laisser ceux qui  [+]

Un ourson très trognon
Trouve une pomme
D'exception.

Il l'admire, la respire
Comme un homme
Qui désire

Mais ensuite il hésite,
Fait un somme
Puis médite.

La croquer? La garder
Pour en faire
Un trophée?

Le temps fuit, il oublie...
Mais le ver
Dans le fruit

Se repaît à souhait
De la chair
En excès.

L'ours grandit sans l'api
Mais sans manque,
Sans envie.

L'asticot, bien au chaud
Dans sa planque,
Devient gros

Et bientôt dans la peau,
Fait son trou
D'imago.

Délaissé et rogné
En son cœur
Si sucré,

Le fruit vide est putride.
Quel crève-cœur!
C'est morbide...

L'ursidé, plus âgé,
Vient un jour
À passer

Dans le coin si lointain
De ses tours
Enfantins.

Les saisons à foison
Ont changé
L'horizon

Là, sommeille ce que veille
La Grande Ourse
À merveille

La promesse de richesses
Pour que tous
Soient en liesse :

Un pommier constellé
De fleurs blanches
Par milliers.

Blanc ou noir, tôt ou tard,
Un seul tranche :
Le hasard.

Puis la vie accomplit,
Sans relâche,
Son génie.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !