Lorsque la nuit s'avance sur les mers....

il y a
1 min
42
lectures
0
J'étais une modeste barque faite d'un bois douteux
et tu as fais de moi un navire.
j'étais habituée à filer sur de calmes rivières
Et tu m'as confronté à l'océan

La voile tour à tour frôle la bise du vent
Et c'est tour à tour que le vent se surprend _à rêver_
De sa voix emmêler de son pas lancinant
Le goût d'une embrassade, la note d'un baiser

Pour sûr il est bon que le vent éprouve la voile du navire
soyons sûr qu'il est bon que les vagues s'épuisent contre sa coque.

Mais Toute robuste qu' elle soit,
lorsque la nuit avance sur les mers
Et tout gonflée de vent qu'elle soit,
sous les milliers d'étoiles qui la surplombent:
La voile du navire ne veut trouver que la lumière du phare
pour le guider.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,