1
min

L'immortel

Image de Tajic

Tajic

0 lecture

0

Je m'adresse à toi.
Oui toi qui nous regarde.
Toi qui a vu le monde.
Toi qui a scellé le néant.
Héros d'hier
Ennemi d'aujourd'hui.

Tu es haïs pour une malédiction
Que les fous prennent pour une bénédiction.
Tu as vu de nombreux visages
Connu de nombreuses histoires
Pire que tout,
Tu te souviens de tout.
Tu as connu l'amour
Tu as connu la mort
Le monde à évolué
Toi tu as avancé.
Tu es vide.
Immortel mais pas non plus en vie.

Tu avances et tu cherches
Tu cherches une raison de ne pas libérer le néant
Le peuple a oublié le sacrifice de tes amis.
Le peuple mérite de mourir
Il te hais et tu lui rend bien.
Tu as aspiré la vie de tes amis
Combattu le néant, ton ancien ami.

Elle était belle n'est-ce pas ?
Pourquoi ?
Pourquoi tu n'as pas vu sa noirceur ?
Pourquoi n'as-tu pas vu qu'elle ne t'a jamais offert son coeur ?
Est-ce pour cela que tu ne l'a pas tué ?
Détruire le néant aurait été parfait.
Mais elle t'a suppliée
Et tu as accepté.
Une prison éternelle pour elle
Une vie éternelle de gardien pour toi.
Elle est en toi
Tes amis sont morts
Et ta souffrance est là.

Elle te parle
mais sous ses paroles de miel
tu sens le fiel
Parfois elle fait exploser une sombre colère
Avant de retourner à son silence éternelle.
Elle vient et revient
Elle a soif de liberté.
Te promet l'amour que tu as mérité.
Tu es proche de craquer.

Puis tu la vois.
Elle.
La mortelle.
La gamine.
Orpheline battue
Souillon en haillon crasseux
Affamée, fatiguée, exploitée.
Est-elle en vie ?

Et cette mortelle
Cette représentation de la souffrance
Cette tâche que tout le monde ignore.
Elle sourit.
Elle rit.
Elle a une fleur
Une fleur moche
Une fleur presque morte.
Mais qui se bat.
Qui vit.
Une vie misérable mais intense.
Et elle est heureuse comme ça.
Tu l'approche et lui demande.
Elle te regarde et souris.
Elle te fait un câlin et parle.

Monsieur,
Je ne suis personne
Mais... Parfois les gens me voit
Les gens me méprisent
Les gens me traite comme une esclave.
Mais, tout comme cette fleur
Je sais que j'existe.
Et rien que pour ça
Je béni la vie.
Je béni mon sauveur
Celui dont tout le monde connait le nom dans son cœur
Celui qui fait peur.
Celui qui a sacrifié sa vie pour une malédiction.
Le néant est loin de nous, car il le combat pour nous.
Je suis là et j'existe
Et même si ma vie est misérable
Je suis heureuse d'être en vie.

Alors tu te relèves
Tu trembles
Pas de peur mais de joie
Si les gens te haïssent c'est par jalousie
Car du fond de leur cœur ils t'admirent
Ils ont peur du mal en toi.
Mais ils apprécient ta présence.
Alors immortel ?
Penses-tu que tout le monde t'ai oublié ?
Moi je ne crois pas
Et même si en apparence tu es seul
Sache, que la mortelle et moi, on sera là.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,