Lianes de vers impairs

il y a
1 min
380
lectures
65
Qualifié

Si je savais dessiner, je peindrais des paysages mélangés, réels ou fictifs, naturalistes ou intérieurs, imaginaires ou malaxés par la mémoire. Ah, je les vois si bien ! Mais comme je ne sais  [+]

Image de Automne 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Le lierre, le liseron
Mènent à la déraison
Mon jardin, où prolifèrent,
Lianes de vers impairs,
La renouée du Japon
Et les fleurs de la passion.

La clématite des haies
Grimpe aux branches du poirier,
La bryone, sauvageonne,
De son amour emprisonne
Dans ses vrilles enroulées
Le tronc noueux du pommier.

Les ipomées volubiles
Tiennent de savants conciles
Avec le bougainvillier,
Le chèvrefeuille à balais,
L’ampélopsis indocile,
L’aristoloche gracile.

La bignone, la glycine
Escaladent l’aubépine,
Le cytise aussi s’en mêle,
Le jasmin, puis la morelle
Faux-jasmin dont les toxines
M’empoisonnent, m’hallucinent.

Déjà de fausses groseilles,
Baies de la salsepareille,
De la viorne et du tamier,
Enserrent les framboisiers,
Tressant des colliers vermeils
Dans la vigne de la treille.

Puis les ronces ont fleuri,
Et mon jardin envahi
De secrets, de choses tues,
De poisons, d’épines nues,
À jamais enseveli,
S’abîma dans la folie.
65

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !