L'homme qui m'habite

il y a
1 min
2
lectures
0

Je n'écris pas avec ma plume Je n'ai fait que chatouiller les mots Ceux qui cachent mes idées Entre les lignes suspectes À l'abri de mes lecteurs-trices Ainsi, j'espère pouvoir vivre  [+]

L’homme qui m’habite
L’homme qui avait un pays coincé dans sa gorge.
L’homme qui avait des hurlements neufs dans sa poche.
L’homme qui faisait des nœuds avec des mots déchirés.
L’homme qui avait pris la forme d’un dimanche bossu.
L’homme qui coloriait ses journées et les mettait à l’eau.
L’homme qui avait le cœur sur la main et rien dans la main.
L’homme qui cachait ses déchirures sous du ruban adhésif.
L’homme qui parlait avec un peu de silence sur la langue.
L’homme qui avait cultivé un jardin entier de pensées sauvages.
L’homme qui avait perdu sa joie de vivre depuis fort longtemps.
L’homme qui ressemblait à un soleil grillé immergé dans le bleu.
L’homme qui penchait ses oreilles pour écouter la nuit se lamenter.
L’homme qui avait rafistolé sa pipe en usant de la sueur en poudre.
L’homme qui était amoureux du temps charmeur qui roule à tout va.
L’homme qui savait nommer par leur prénom chaque bouffée d’air frais.
L’homme qui avait sur le visage comme les gens du nord un peu de rire.
L’homme avait un arrière-gout de misère, de souffrance et de mal-être mélangés.
L’homme qui va cueillir des ombres-fleurs chaque soir à la porte aux cent mille peines
L’homme qui n’avait pas de visage, pas de voix, pas de nom, pas de couleur, pas d’appartenance sociale, pas pas pas......
Ah ! Il était seul et dolent cet homme de papier ; son cœur avait une multitude de couleurs plus froid que le vent lugubre.
L’homme qui a déjà croisé les yeux de la solitude, c’est le même puisque je vous le dis, que celui qui habite mon corps de songes.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,