1
min

Lettre d'un soldat

Image de Alain Verdure

Alain Verdure

38 lectures

11

« MON AIMÉE,
Je t’écris ce matin du fin fond de l’enfer,
Au-dessus de nos têtes ce n’est que le canon,
Même le coup de gnôle aujourd’hui est amer,
« Ça donne du courage », moi je dirais que non.
Le tir des mitrailles se rapproche au plus près,
On sent le souffle froid des balles qui sifflent fort,
Et on attend la nuit en se disant qu’après
Verrons nous le soleil, reverrons nous le port ?
Tout en haut de l’échelle on devine à présent
Que le premier qui monte ne verra plus le jour,
On nous pousse on nous tire, on attend un moment,
Mais pour attendre quoi ? Peu chances de retour.
Et je pense à tes yeux que je ne verrais plus,
Et je pense à ton corps et à ces nuits passées,
Et je pense à ces heures, à ces moments perdus,
Et je pense à nos vies, je les sais effacées.
Et je revois maman qui prépare repas,
Et je revois papa qui rentre du bois coupé,
Et je revois le chien qui monte sur le tas
De cailloux pour l’allée, c’était pour cet été.
Le café est trop chaud, je l’ai posé à terre,
Mon ami Jean-François a mis le pied dedans,
J’essayais un sourire, je l’ai laissé derrière,
Une tache de sang coule de son caban.
Il est mort dans mes bras et j’ai posé ma plume,
Je la prend un instant pour t’écrire un adieu,
Je vois devant mes yeux s’abattre cette brume,
Je crois que maintenant je dois écrire à Dieu.
Mais pour demander quoi ? Mais pour demander qui ?
Qui doit mourir ici et qui doit repartir ?
J’aurais peut-être un non, j’aurais sans doute un oui,
Je me dis qu’à mon tour, il faut mieux en finir.
En finir de la mort qui rode autour de moi,
Elle voudrait m’attraper, dois-je la repousser ?
Et toi ma tendre aimée, toi tu en penses quoi ?
Je crois qu’elle a gagné et je vais l’accepter.
Jean-François à mes pieds regarde sans me voir,
Il est libre à présent, il a rejoint les cieux,
Ne pleure pas ma douce, ce n’est qu’un au-revoir,
Là-haut c’est si joli, alors sèche tes yeux.
Et même si demain je ne vois pas le jour,
Et même si demain je m’en vais moi aussi,
Je t’attendrai là-haut, avec tout mon amour,
Et je sais qu’un beau jour, nous serons réunis. »
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Triste, mélancolique et soutenu par une plume magnifique. Merci pour cette lecture.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un poème poignant dans lequel on se met dans la peau d'un poilu qui entends la mort siffler au dessus de sa tête ! Bravo, Alain, pour ce chapelet de beau vers ! Je clique sur j'aime !
Mon sonne Roberto, que vous avez soutenu, est désormais en finale. Vous pouvez le soutenir à nouveau si vous le désirez : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/roberto
Bonne journée à vous.

·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un beau et triste poème retraçant la vie dans les tranchées. Il aurait mérité de concourir.
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un soldat poète !
·
Image de Kendra Ladel
Kendra Ladel · il y a
Magnifique ! Superbe hommage à ces vaillantes et courageuses personnes.
·
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
C'est bouleversant ce que vous avez écrit. Que d'émotions dans vos mots...
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
quelle déclaration qui fait frissonner par ces vagues, en flux et reflux, d'écume sensible à fleur de peau peut-être trouée dans l'instant! un texte qui se dilate pour toutes les guerres, magnifique opus père formant!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur