Les semailles de l’Amour (1er Prix hors-compétition)

il y a
2 min
147
lectures
18

Plaisir, besoin, ivresse, tourment, drogue, obsession, compulsion, consolation et éclats de rire... bref, ECRIRE !!! Ecrire ma vie, vivre mon écriture. Chaque jour et toujours. Pour ma Joie qui  [+]

[N.D.L.R. — La jeune Michou Drouet (12 ans ½ en juillet prochain) vient d’être sacrée « Papesse Emérite des Belles Lettres 2016 » par le conclave des cardinaux réunis à Rome du 14 au 17 février dernier. De toute l’histoire de la papauté, ce fut la délibération la plus longue, la plus ardue, avec in extremis un formidable coup de théâtre dû au St esprit (retenu en otage trois jours et trois nuits dans la chapelle Sixtine).

Dom Bellinus p.p.c.q.a., l’envoyé spécial de “Muse Magazine”, a suivi heure après heure cet intolérable suspense. Les amateurs de thriller retrouveront son reportage – aussitôt repris par La Stampa et L’Osservatore romano – dans les archives shortiennes de l’auteur (« HABEMUS POETAM ») et découvriront ci-dessous, en exclusivité mondiale, l’œuvre primée, ces sublimes SEMAILLES DE L’AMOUR de la jouvencelle et (déjà) sensuelle Michou Drouet à qui la Rédaction souhaite une longue et fructueuse carrière littéraire.]



Les semailles de l'Amour



Pour me rappeler de Toi, oh mon grand Amour,

J’ai planté une petite graine

Qui normalement va jour après jour pousser.

Je pleure et je ris,

Surtout je pleure,

Et les larmes de bonheur font des bleus sur mon âme.

Mais ma seule certitude

C’est que tu m’aimes et que je t’aime

Même si je suis un peu naine,

Car quand on aime, on ne compte pas.

Notre petit pot d’amour sera notre grand espoir

Et aussi notre devoir de mémoire

Car on se l’est dit et on a promis

De grandir ensemble jour et nuit

Aujourd’hui plus qu’hier

Et bien moins que demain,

Depuis la St Valentin

Jusqu’à la St Glin Glin.

Tu vois, ce soir, j’écris exprès n’importe quoi,

Car je sais que je ne sais rien

Mais que c’est la petite fille que tu préfères,

Toute simple et directe,

Qui t’aime tant

et qui t’attend.

Et même si j’arrive pas à faire mon travail de deuil,

C’est toi, chéri, mon Soleil et mon grand orgueil.

Donc, pour en revenir à notre pot,

Bientôt une tige,

Une petite tige sous l’immense ciel étoilé,

Si petite que j’en ai le vertige.

Puis une feuille, une autre feuille encore

Et enfin forcément une rose qui réclamera tous mes soins.

Car, mon Amour, tu t’en souviens :

Si tu es le potier le plus fort, le plus beau, le plus habile,

C’est moi, ta petite fleur fragile,

Et aussi ta jardinière docile

Car nous deux, on fait vraiment la paire.

Donc, la rose que tu m’avais donné

Et qui prend ta main

Sur le chemin

N’en finira pas d’éclore.

Et lorsque cette fleur sublime

Fleurira enfin en dépliant sa robe parfumée au soleil levant

Face à la mer où gazouillent les goélands,

C’est que notre Amour naissant n’aura plus jamais de fin !

Soir et matin, je vais contempler notre pot...

– non plus de noir terreau mais douce crème

Que tant j’aime !

Et qui point ne connaîtra de date de péremption

Tant est nourricière notre fusion :

c’est Ta Vie dont j’ai grand faim !

Et quand enfin, sous les paupières de mon cœur,

Tu grandiras comme un chêne

Et me prendras à perdre haleine

Jusqu’à me faire délicieusement mal,

Émue et pleine de reconnaissance,

Dans le silence et râlant de voluptée

Puisque tu feras fleurir enfin tous mes sens excités,

Je murmurerai en contemplant, spectrale,

Un si incontournable et mâle envol :



« Viens, viens, viens, oh ! viens, LOL ! »



Ta Michou Drouet



PS Boulversée, l'auteure tient a remercié ici l'Ecurie romaine pour son soutient et surtout ses adoratrices qui, grace à facebook et Cie, lui ont accorder près de 6000 lecture et exprimé 734 votes positifs.





18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,