Les nuages de mars

il y a
1 min
510
lectures
242
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On plonge, avec le poète, dans ce mal-être ambiant, dans cette mélancolie magnifique qui nous semble irrévocable. Nous aussi, on cherche sans

Lire la suite

Les nuages de mars ne savent plus rien cacher

Les volutes se désagrègent en tremblant
Entre mes doigts fébriles qui ne 
Savent plus rien retenir
Et les rayons me percent la langue
Ma langue trop sèche pour 
Soulager ma bouche 
Déboussolée

Ma peau se tord sous les flammes bleues
Pour rester à tout prix sur le fil
Pour ne surtout pas frôler 
L’écharpe sombre
Aux effluves
Effilochés
Pour oublier que je ne peux pas oublier
Mes côtes qui se fendent 
Dans les silences qui s’étirent 
Dans les interstices

Et tes pupilles aimantées

Les nuages de mars ne savent plus rien cacher
Et les frissons gravitent et fondent comme
L’écho des trous noirs qui se percutent
Loin au-dessus de nos vains fracas

Les nuages de mars ne peuvent plus nous cacher

Et les lambeaux du ciel se dilatent dans mes poumons
Entre mes mains et mes cils qui
Ne savent plus rien dire
Entre nos peaux qui 
Se tournent le dos
Pour ne pas voir ce que 
Les nuages trop bleus
Ne peuvent plus 
Colmater

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On plonge, avec le poète, dans ce mal-être ambiant, dans cette mélancolie magnifique qui nous semble irrévocable. Nous aussi, on cherche sans

Lire la suite
242

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Un joli flot de mot pour traduire un malaise avec beaucoup de pudeur ♫
Image de Jean-françois Joubert
Jean-françois Joubert · il y a
Je découvre, superbe texte.

Vous aimerez aussi !