1
min

Les mots du poète

220 lectures

53

La pluie à bouche lente mâchonne les toits gris
Et sous le carreau sombre, un poète maudit
Sculpte le papier blanc de ses mots éblouis.
Il dessine un voyage aux ciels élargis,
Un fleuve qui l’attend de ses berges dorées,
Un pays calme et doux, de luxe et de beauté.

Et vogue son récit au fil des mémoires,
Se pose un soir de guerre à l’heure la plus noire :
Un petit gars transi dans sa gangue de boue
Pour éloigner le froid, et la peur qui rend fou,
Récite à ses doigts gourds les palais mordorés,
Si loin, si loin de l’ordre et de la volupté.

C’est sa dernière classe, et le vieux professeur
Du récit, n’a saisi que «...mon enfant, ma sœur... »
Il entend ses vingt ans et son cœur en chamade
Dire les mots, échauffés au feu des barricades,
À la fille inconnue qui lançait des pavés,
Aimée quelques instants, et jamais oubliée.

Enfin, c’est jour de gloire pour un gosse des barrières.
De sous le vieux poème, il reconnaît un frère.
Trois notes de douceur, et il chante sans rage
Les mots puissants et beaux invitent au voyage
Les mots si lumineux du poète damné
Les mots de l’enfant triste et de l’homme apeuré
Les mots de la souffrance et de la volupté.
53

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adibro
Adibro · il y a
Je vois que ce poème a été refusée, quelle déception car il est pourtant si beau avec ce professeur si touchant.
Encore bravo Marie Hélène :)

·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
C’est gentil d’ être venu jusqu’ici. Merci Adibro
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
Je vais bientôt avoir fait le tour de tous tes textes.
C'est bien aussi de revenir au base ;-)

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
« Mon enfant ma sœur »... un poème écrit en rythme impair 5/5/7 , cela rappelle les haïkus et les tankas...bel hommage à Baudelaire, vous avez réussi une évocation très émouvante à travers ce professeur se souvenant de sa jeunesse ardente. Et une belle conclusion universelle.
·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Je suis ravie, Fred, que vous ayez démasqué (!) l’hommage au maître ...merci de votre lecture et de ce beau commentaire
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
un beau paysage de mots éblouissants et éblouis et qui éveillent en nous mille envies enfouies
·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Grand merci Elena
·
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
C'est beau et je le reconnais
·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Ça me fait très plaisir, merci Volsi
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Belle rêverie.
·
Image de Afa
Afa · il y a
S'il faut dire c'est magnifique je ne peux pas ! même si le début chante, bien rythmé. Continuer et batailler est notre avenir de poète. Allez, mon vote d'encouragement !
·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Merci Afa, je suis touchée
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
De belles images pour cette superbe poésie ! Mon vote ! Je vous invite à partir en “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Ce beau compliment me fait d’autant plus plaisir que ce texte a été refusé par S E. Merci Francine
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Dès la première ligne l'image m'a ravie, et au fur et à mesure de ma lecture je me suis laissée portée au rythme de vos mots . .. Quel beau poème Marie-Hélène !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

L’impact des gouttes sur le métal brûlant du toit me terrifie. Le rythme s’accélère, inexorablement. La chaleur, déjà forte ce matin, devient étouffante, liée à l’humidité. Je crains ...