Les apprentis poètes

il y a
1 min
729
lectures
191
Qualifié

Ecrire n'importe quoi d'accord mais j'essaie quand même de ne pas le faire n'importe comment. Et pourquoi glorifier Bardot ou Garbo quand on peut rendre hommage à des héroïnes loseuses, has been  [+]

Image de Printemps 2019

Ils nourrissent leur âme aux dictionnaires de rimes
A grands coups d’oxymore ils étalent leur frime
Ces têtes de litotes aux strophes déprimées
Pour devenir Hugo sont plutôt mal armées

Pour leurs alexandrins ils ont des clés de douze
Rimailleurs forcenés à la plume jalouse
Ils maudissent Verlaine et dénigrent Rimbaud
Pensant de leur grandeur détrôner ces nigauds

Métaphorant leur vie dont personne n’a cure
Ils scandent sans pudeur leurs créations impures
Le supplice parfois ne connaît pas de fin
Quand les sournois bourreaux multiplient les quatrains

Plus leurs vers sont odieux et plus ils les déclament
Jusqu’à l’écœurement tant leur prose est infâme
Se tournant de douleur, du fond de leur caveau
Les grands poètes morts trépassent à nouveau

Par pitié ne laissons les apprentis poètes
Exhiber leur talent sauf peut-être aux toilettes
Laissons-nous envahir par un spleen idéal
Et cueillons l’émotion au creux des fleurs du mal

191

Un petit mot pour l'auteur ? 87 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aristide
Aristide · il y a
Dans les commentaires... On parle poésie ou bien arithmétique ?
L’œuvre globale est sublime tout en étant rarissime tant au plan de l'humour que de l'érudition !

Chapeau bas !

Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
À (Michèle Duval) et (un utilisateur désactivé)

Je suis très étonné sur votre compte des pieds d'Alexandrins. Vous rapportez 13 et 14 pieds à certains vers là où j'en compte pourtant bien 12.
Comment déclamez-vous les vers ? Est-que vous ânnonez ?
Quid des diérèses et synérèses ?

Je ne suis qu'un scribouilleur de hasard et un versificateur de pacotille mais j'ai l'oreille musicale et pour les vers que vous indiquez je compte parfaitement douze pieds pour chaque. J'aimerais que vous m'expliquiez, si vous avez une formation spécifique dans le domaine de la versification (?!)
Je ne demande qu'à apprendre...

Pour ma part tous ces vers sont bien des Alexandrins, merci de me prouver le contraire.


Vers 1 que vous annoncez à 13 et 14 (même pas d'accord entre vous) :
Ils nourrissent leur âme aux dictionnaires de rimes
"Il-nou-ri-sse-leur'-âm'-au-dic-tio-nair'-de-rim"
= 12 pieds

Vers 3 annoncé à13 :
Ces têtes de litotes aux strophes déprimées
"Ces-tê-teu-de-li-tot'-aux-stro-pheu-dé-pri-mé"
= 12 pieds


Vers 10 annoncé à 13 :
Ils scandent sans pudeur leurs créations impures
"Ils-scan-de-san-pu-deur'-leur'-cré-a-ssion-zun-pur"
= 12 pieds


Vers 13 annoncé à 13 :
Plus leurs vers sont odieux et plus ils les déclament
"Plu-leur-ver-son-to-dieu-et-plu-zil-les-dé-clam"
= 12 pieds


Dernier vers annoncé à 13 :
Et cueillons l’émotion au creux des fleurs du mal
"Et-que-ion-lé-mo-ssion-au-creu-des-fleur'-du-mal"
= 12 pieds

Est-ce par vexation de vous être sentis visés par ce texte que vous êtes si hargneux ?
Personnellement je m'essaie à l'alexandrin régulièrement sans en connaître vraiment les règles et la méthodologie et pourtant je n'ai pas pris ce texte en pleine figure comme une atteinte personnelle.

Image de Michèle Duval
Michèle Duval · il y a
Je croyais que la poésie, acte créatif comme la peinture peut simplement plaire ou non. Je me garderai bien pour ma part de juger les apprenti (e)s poètes, même de façon satyrique, j’en suis encore sûrement une. Et tous les grands auteurs dont vous parlez ont débuté un jour en s’aidant sûrement de recherches de rimes ou de synonymes. Voyez leurs poèmes originaux, raturés, reconstruits, etc..
«  cent fois sur le métier remettez votre ouvrage ... »
Franchement , pour ma part, je n’apprécie pas du tout ce texte . Mais c’est uniquement mon point de vue bien sûr. Et comme il est dit plus bas, il débute par un alexandrin à 13 pieds...et j’ai un petit faible pour les vers en alexandrins.

Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
C'est tellement vrai ! Chacun va pouvoir s'y retrouver.... Vous n'allez pas vous faire que des amis... mais il n'y a que la vérité qui fâche...
Mon 31 est en finale du Prix Ô et je vous invite à aller le lire pour me donner votre avis. C'est une terza rima en vers libres qui rend hommage à la lune.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/lavenement-de-la-lune

Image de Pascal Bordron
Pascal Bordron · il y a
Bien joli, même si les membres du site auront besoin de beaucoup d'humour pour ne pas voir dans ces vers un léger manque de bienveillance. Une grande maitrise, néanmoins.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Superbement écrit, bravo ! Mais après cette douche, je crains ne plus oser retenter de nouveau poème... Quoiqu'il en soit soyez la bienvenue chez moi ! A+
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Voici un poème bien tourné malgré quelques vers imparfaits, un bouquet de quatrains dans l’air du temps, une composition de texte emplie d’humour, empreinte de dérision qui joue avec les mots, les noms et ne mâche pas ses mots, dresse un tableau noir, brosse un portrait peu flatteur, nous conte les affres, les tourments de l’apprenti poète, il est vrai pour certain(e)s à l’ego démesuré , pour d’autres au talent certain. Les contes et les légendes ont tous et toutes un fond de vérité. Une mise au point qui met les points sur les i et les barres sur les t. En effet rien n’est jamais acquis, même les plus grands perfectionnent encore et toujours leur art, autrement dit : « Vingt fois, (cent fois) sur le métier, remettez votre ouvrage. »

Ah ! l’alexandrin, à ce qu’il paraît le nec plus ultra, la Rolls Royce du vers, la bête noire des apprentis écrivains.
En écho à votre poème, voici quelques lignes de mots imparfaits que j’avais écrits par précaution sous l’un de mes longs poèmes (non concourant) :

S’il est long, imparfait, si vous êtes en apnée
Ne me jetez la pierre, oh non ! Je suis derrière.
Après tout… compte fait, qu’importe la manière
Qu’importe la matière pourvu qu’il y ait l’éclat !
Sur les chemins de terre, les chemins de pierre
Sur les chemins de croix qui mènent au trépas
Au seuil du cimetière on ne compte ses pas.

Compter les pieds des vers, le poète s’escrime
S’il vous semble lointain, ne croyez pas qu’il frime
C’est au prix de sa rime, c’est au prix fort qu’il trime
C’est ainsi qu’il s’exprime, au plus fort de sa rime.
C’est son pain quotidien, c’est bien là son seul crime
Qu’il vente ou qu’il pleuve, son empreinte il imprime...
S’il ne noircit le papier, le poète déprime.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Sinon Votre Alexandrin d'après mon "Dictionnaire" est un peu boiteux : En plus des 14 syllabes du premier vers , les vers : 3,10,13 et le derniers comptent 13 syllabes chacun.
Respectueusement ...
Un apprenti de la langue Française.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est l'apprenti qui rendra hommage un jour au Maître ! Théodore de Banville et ses semblables ne sont pas nés la plume à la main,
Sans vouloir vous offenser, mais ce genre de textes feront de la culture Française une culture "Intramuros" au lieu de la promouvoir, c'est décourageant (pour ne pas dire humiliant) pour ceux qui veulent apprendre cette belle et compliquée langue,

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un bel hommage à la poésie classique, mais ne tirons pas trop sur les apprentis poètes, ils ont le mérite de se colleter aux difficultés de notre belle langue. Pour info, et sans vous offenser, il m'a semblé voir une voire deux syllabes de trop sur le premier vers de votre poème à cause de "dictionnaires".

Vous aimerez aussi !