1
min

Les Amours de Mehdi

Image de Renaud

Renaud

383 lectures

199

Qualifié

Le soleil sombre au loin et sa molle chaleur
Rosit le flanc galbé des barques alanguies ;
Elles gisent, goûtant, lourdes et endormies
Du sable tiède et blond la première fraîcheur ;

Elles rêvent d'espace et de rives sauvages,
De marins exaltés aux rustiques amours...
Et dans le crépuscule assombri de nuages,
On pourrait presque voir tressaillir leur flanc lourd...

La nuit a parsemé le ciel d'étoiles vives,
Le ressac sans relâche incite à la torpeur ;
Tout est calme, apaisé, il n'est âme qui vive,
Sauf la mer, rutilante aux dernières lueurs...

Mehdi s'est approché, ses mains de bronze vieux
Frôlent les pans meurtris du troupeau qui rêvasse ;
Ses doigts jaugent les plaies, éprouvant leurs crevasses
Que l'écume en crachant creusa d'un sel furieux...

Il passera demain la poix sur leurs fêlures,
Soucieux de nourrir les bois endoloris ;
Mais pour l'instant il reste auprès d'elles, s'assure
Que rien ne troublera ses amours endormies...

PRIX

Image de Hiver 2019
199

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Entre départ et immobilité, un beau tableau sur la rive sud de la Méditerranée... (Le Maroc ???). Vos mots..., belle découverte.
·
Image de RAC
RAC · il y a
L'Amour c'est comme le bois, il faut l'entretenir pour que ça dure... Ça patine même avec le temp...
·
Image de thierry
thierry · il y a
Douce atmosphère du couché de soleil sur ces barques. Un amour pour elles de la part de Mehdi qui est bien retranscrit. mes voix.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Belles images de ce troupeau de barques, du crépuscule à la nuit. Dans mon imagination galopante, j'avais identifié les plaies et crevasses des flancs des embarcations comme étant celles des mains du "berger", ce qui eût été possible au demeurant, "bêtes" et homme soumis aux mêmes éléments, attaqués de la même façon par le sel... Quant à l'amour, il se féminise au pluriel, vous aviez raison de l'écrire ainsi.
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Tout d'abord, merci d'avoir pris la peine de re-répondre ; il faut croire que j'ai deux mains gauches, et que l'informatique et moi, ben ça fait deux...
Merci aussi pour votre commentaire ; c'est toujours sympa de savoir que les gens apprécient ce que l'on écrit. En ce qui concerne la féminisation du mot amour, c'est assez cocasse, et c'est une particularité de la langue française.
La langue française est une langue dynamique (sinon, elle serait une langue morte) qui évolue. Vous avez trois mots dans notre langue - Amour, Délice et Orgue - qui n'ont pas encore choisi leur genre. En effet, ces mots sont

1) Masculins lorsqu'ils sont au singulier
2) Féminins lorsqu'ils sont au pluriel.

De fait, vous dites "Un amour fou" mais "Des amours singulières", ou encore "Un orgue bleu", mais "Les grandes orgues de Strasbourg".
Ces trois mots sont au milieu du guet, dans une processus inachevé du choix d'un genre. Cela dure entre 100 et 150 ans, et puis ça se cale tout seul.
Mais pour le moment, cela hésite encore...
Par exemple, un qui a choisi enfin, c'est le mot "Aigle". L'aigle a toujours été féminin, et on disait, et écrivait "Une aigle", jusqu'à Victor Hugo qui je crois a encore employé la forme féminine de ce mot.
Mais maintenant, c'est enfin choisi, et on dit, et écrit "Un aigle".
Voilà, voilà...
Dites moi quel texte de chez vous je devrais aller lire, de façon à ce que je puisse vous dire mon sentiment.
Merci pour tout, et bon courage...

·
Image de thierry
thierry · il y a
trois mots au milieu du "guet" ? j'aurais écrit "gué" !!
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Oup's, en effet, petite coquille de ma part au sujet du "gué !". La faute n'a pas échappé à votre œil vigilant. Comme quoi, il faut toujours se relire !!!
Oui, bien sûr GUÉ !

·
Image de RAC
RAC · il y a
...Au gai luron, la vie est belle ♫♪♫
·
Image de thierry
thierry · il y a
j'espère ne pas vous avoir gêné avec mon commentaire. mais ce guet m'avait tapé dans l'oeil.
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Mais au contraire, merci !!! Ça m'avait échappé...
L'ennui, maintenant, c'est comment corriger ??? :-(

·
Image de thierry
thierry · il y a
A droite des commentaires vous aves une flèche... vous choisissez "modifier".
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Les précisions que vous apportez sont intéressantes et peuvent profiter au plus grand nombre. C'est cela qui m'intéresse dans les échanges, plutôt que les sempiternels renvois d'ascenseur ... Quant à votre demande concernant mes textes, c'est bien aimable à vous de vous y intéresser. Il y a peu de temps que je suis inscrit sur le site, et deux de mes nouvelles sont en compétition "Le tourteau " et "Le Rai de lumière". Les autres n'ont pas été retenues, mais vous pouvez les consulter quand même. J'ajouterais que, à force de lire les poèmes du site, j'ai envie de m'y mettre moi aussi. Pour cela, dans un premier temps, je m'informe sur la versification.
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super bien. Ça fera une belle représentation sur un tableau. C'est pittoresque. Je vous donne mes 3+. Si vius avez le temps, je vius invite à visiter mon oeuvre " Sous le regard du diable " en compétition pour le prix " jeunes écritures "
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
le veilleur de barques s'occupe de son troupeau de bois et de brebis, alangui mais conscient dans la moiteur de ses rêves. jolie musique douce!
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J’aime le parallèle entre les barques et un troupeau de brebis, dans votre poème d’art classique toujours aussi sublime chez vous.
·
Image de Béhem
Béhem · il y a
C'est beau, c'est magnifique ! Que d'amour pour ces barques lourdes et endormies.... J'ai pas aimé des strophes aux rimes croisées et d'autres aux
rimes embrassées . (désolé!) Le texte est superbe ! Merci

·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Béhem, tous les goûts sont dans la nature, et vous avez le droit d'aimer ou pas certaines choses.
Merci en tous cas pour les mots enthousiastes !
Dommage qu'on ne puisse joindre une photo ; le sujet (ces barques...endormies) m'est venu alors que j'admirais un jour, dans le soleil couchant dont la lumière adoucit tout, trois barques bleu pâle couchées sur le flanc, dans le sable. Elles étaient côte à côte, comme les bêtes d'un troupeau, et semblaient si paisibles (oui, je sais, on n'a jamais vu une barque gambader !) qu'on aurait dit qu'elles dormaient, tranquillement, en groupe, posées sur le flanc.
L'atmosphère a joué pour beaucoup...

·
Image de Béhem
Béhem · il y a
C'est beau, c'est magnifique ! Que d'amour pour ces barques lourdes et endormies.... J'ai pas aimé des strophes aux rimes croisées et d'autres aux
rimes embrassées . (désolé!) Le texte est superbe ! Merci

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème