LE VIEUX CHAT

il y a
1 min
12
lectures
0
Le chat n’a pas bougé
Lorsque je suis rentré,
Même le courant d’air
Avait l’air étonné.

La maison avait refermé
Ses ailes de papillon
Sur le verrou de l’entrée
Et sur le paillasson.

Le chat n’a pas bougé
Emplit d’une grâce païenne
Traces de pattes sur l’oreiller
D’une histoire ancienne.

La maison s’est refermée
Comme un vaste cocon,
Le chat veille pour l’éternité
Le cimetière des émotions.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,