1
min

Le tourbillon du temps

Image de Epoh

Epoh

12 lectures

3

Quand nous rattraperont à toute vitesse
Les premières lueurs de l'aube décharnées
Et que dans ce lugubre regard alertant
Désormais ailleurs tu m'auras parlé

Quand ces instants ensemble passés
Ne seront plus que lointain souvenirs
Et que ton parfum que je reconnaîtrai
En ma mémoire qui se forme qui se déchire
Aura disparu dans l’abîme et la pénombre

Je resterai dans le tourbillon du temps
Je resterai là à attendre désespérément
Une scène nouvelle que j'imagine

Quand dans ces mains froide et tremblante
Tu me tiendras le visage presque inondé
Et que dans cette voix séquencée et inaudible
Tu me murmuras à l’oreille
J’suis désolé mais faut que j’parte

Quand vêtu de ta belle robe tu te dresseras
Dans l'épanouis éclat du beau jour
Et que de mes yeux blancs et sombres
Maintenant noyé tu disparaîtras

Je resterai penaud dans le tourbillon du temps
Je resterai là à attendre désespérément
Une scène nouvelle que j'imagine

Quand ton corps régulier à petite surface
Aura disparu dans le sinistre de mes larmes
Et que de toi je me souviendrai qu'en longues
Et petites images qui apparaissent et s'évanouissent

Quand debout sur ces jambes qui me lâchent
Je tomberai lamentant mes jours prochains sans toi
Et que je prierai crierai ô éternel qu’elle me revienne

Je resterai contrit prisonnier dans tourbillon du temps
Je resterai là à attendre désespérément
Une scène nouvelle que j'imagine

Quand le temps qui va et ne revient jamais
Me t'aura enlevé sans pitié sans probité
Et que de ce cœur qui pleure qui cri qui hurle Ton nom
Sur du papier à longueur de journée je ne voudrai plus

Quand mon âme désarmé et affligé
Aura germé la fleur d'une solitude prochaine
Et que sur ce lit qui me démange je voudrai partir te retrouver

Je resterai piteux prisonnier dans le tourbillon du temps
Je resterai là à attendre désespérément
Une scène nouvelle que j'imagine

Quand sur les flots d’un cruel espoir
Je me permettrai une nouvelle vie loin de chez nous
Et que croyant avoir tourné la page
Je voudrai commencer une nouvelle histoire

Quand sur notre siège maintenant verdâtre de mousses
Je viendrai ressasser les jours d’autres fois
Et que dans l’immensité j’apercevrai ta silhouette
Mais accourrai sans jamais la rattraper

Je resterai silencieux perdu dans le tourbillon du temps
Je resterai là à me demander...
Pourquoi... ? Pourquoi... ? Pourquoi ?
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Epoh
Epoh · il y a
Merci Artemiss03. Votre soutien me comble.
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Magnifique poème, belle écriture, bien mal payé. A l'occasion je vous invite à pousser les portes de mon univers ou plusieurs textes crient pour tenter de vivre encore un peu, merci.
·