Le temps d’un soir, le temps d’un instant

il y a
1 min
3
lectures
0

De la séduction dans nos vers, un cocktail fruit de la passion. Recette : un souffle de musique, un soupçon de moi dans l'autre, un rien d'être en l'air, le tout cuit à feu follet en remuant de  [+]

Arrêt sur histoire, images fusent d'un soir, deux corps s'entraînent pêle-mêle, gravitent tant à effacer le temps, et sous l'averse de leurs attractions polaires, unissent infiniment dans un infime moment, les composés volatiles de leur firmaments.


Nos regards filent en des chassés-croisés, hument goutte à goutte, l’éternité, interrogent le silence, pour nous deviner, terminent leur course, l’un sur l’autre échoués.

Je te cherche du touché, tu m’exalte l’air de remous iodés ; de tes grands yeux tendres, coulent l’osmose.

C’est un ballet d’un soir, à la tempête d’une séduction, l’entrelacs flottant d’espoirs, vibrant leurs corps d’improvisations, se jouant de redoubler d’accroche, le sourire tenaille excavant l’émotion ; une musique quiète, troublante ardeur, bat de charnel en synchronie nos deux cœurs.

C’est un désir fibre par la pulsion, trêve des flûtes inutiles, sève de la passion ; devenir dans cette espace, durant cet instant, la bête à nue démise de la raison, d'une vaporeuse bulle d’humides émotions.

Laisses moi être, le temps de cette soirée, je te laisse être, le temps de cet instant, miscible l’un de l’autre, pure soluble sensation.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !