Le mouton noir et les moutons blancs

il y a
1 min
685
lectures
50
Qualifié
Image de Eté 2016
Un vieux mouton au pelage noir,
Qui avait une âme solitaire,
Fut pris de l'envie d'aller boire,
Et sans que nul ne le repère,
Se dirigea vers le ruisseau,
N'en disant mot au troupeau.
Peu après qu'il s'en fut allé,
Une bête le voyant s'éloigner
Se mit mollement sur ses pas
Bien que cette eau ne lui plût pas.
Un attroupement d'animaux blancs
Fut petit à petit formé,
Pourtant aucun mouton présent
Ne voulait se désaltérer.
Ils progressaient aveuglément,
Suivant les traces de leur aîné,
Mais il était trop loin devant
Pour espérer le rattraper.
Se sachant guère appétissant,
Le vieux bélier qui risquait peu
Fit par souci de gain de temps
Le choix d'un chemin dangereux,
Où les bêtes sauvages fréquemment
Se montraient hostiles aux passants.
Il y vit en effet un loup
Qui lui trouva un air trop vif
Et un visage trop expressif,
Qui le jugea trop dynamique,
Et sa silhouette trop athlétique,
Pour que sa viande ait un bon goût.
Le fauve passa donc son chemin
Et bientôt se félicita
De n'avoir assouvi sa faim
Par un si modeste repas.
Il ne tarda pas à croiser
Trente grasses bêtes vides d'esprit,
Et c'est sur un troupeau entier
Que la gueule du loup s'abattit.
De cette histoire retenez
Que suivre l'autre sans réfléchir
Vous ôtera à l'avenir
La capacité d'exister.

50

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !