1
min

"Le maitre et l’esclave..."

0 lecture

0

Il nous infligeait d’obscures avanies
Nous flagellait l’âme de folles infamies
Quand nous conjuguions le verbe être
Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrants aux ancestrales harmonies

Il nous disait que nous étions des bêtes
Des esprits hébétés nous les Pygmées
Les Batéké les Bété
Bêtes de somme, bois d’ébène dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrants aux ancestrales harmonies

Il pensait incarner le retour du messie
Nous soumettre dans cette parousie
A ses dogmes à ses calomnies assez !
En nous apprenant l’obéissance servile
Serf sans roi, serviteur des ancêtres
Sermon de ne servir aucun homme-Dieu

Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrant aux ancestrales harmonies

Il nous dit que soit béni le temps des colonies
Ou l’homme-Dieu élèverait les âmes
Peuls, Mandingues, Soninkés, Bambara
Fils de Canaan maudits par Noé
Dans leur nuit sauvage sortiraient
De la caverne de Platon
Mû par le berger et son bâton

Etre sans nom, être sans destin
Avec les prête nom les prêtres
Sombres apôtres hêtre dans une forêt
D’arbres voyageurs flotte des mers
Biens meubles aux mercantiles esprits
Les vaudous vengeurs ne se prieront

Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrant aux ancestrales harmonies

Nous aspirons à l’affirmation d’un Nous
Pamphletaire, ne plus être à genoux
Panthères à l’affut de vos lois
Panafricain Pater noster qui es in sentina
Nous ne sommes des pantomimes
Nous manions vos pantonymes

Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrant aux ancestrales harmonies

Ils nous enseignaient leurs certitudes
Amers, voyageant sans boussoles
Au delà des mers, des croyances
Et des peuples pieux
Hommes-pieux, Homme sextant
S’extirpant,
Homme en somme Nous êtres
Vindicte, Violence Virulence
Mais résilience

Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrant aux ancestrales harmonies

Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De voyelles et de consonnes,
De morphèmes sous les feuilles
De bouquets de fleurs composées

Le mur muet s’est mû en mots-paroles
Nos libertés bafouées sous la tige
Les ronces sur nos errances de nègres
La fleur blanche et nos notes sombres
Le blues lacère mais libère nos pulsions
Dire, chanter, prier, écrire

Etre d’esprit, hêtre dans une forêt
De somnolence insomnie
Vibrant aux ancestrales harmonies

kwame Nkruma de la parole
exhortant le peuple à se lever
Mongo Béti de l’écrit
Narrant nos gestes indépendantistes
Et Myriam Makeba Pata Pata
Sur nos consciences Lumumba
Telle une prière sur l’avenir

Nous,

Êtres d’esprit, hêtres dans une forêt
De folie-psalmodie
Vibrant aux ancestrales harmonies
Et à un Nous debout dans la cale
Debout et vocal
Debout en bout debout
Irrévocable....

0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur