Le dernier exode

il y a
1 min
187
lectures
14
Qualifié

Si vraiment vous souhaitez en savoir plus : http://lechodelacerole.blogspot.f  [+]

Image de Automne 2013
Le renard ne rôde plus autour du poulailler
Le soc de la charrue rouille au fond du sillon
Le vieux mur éboulé compte les pierres à son pied
Les coquelicots fleurissent partout dans le vallon

Si le vent fait encore onduler la ramée
Il a cessé de bruire de tous ces cris d’enfants
Le chemin disparaît sous les herbes en été
Les hommes l’ont oublié, effacé par le temps

La vie s’en est allée irriguer d’autres lieux
Le sang coule aujourd’hui dans les artères des villes
Mais il ne bouillonne plus, il est noir et vitreux
Comme ces regards absents sur leurs écrans tactiles

Le vieux monde disparaît, sera-t-il remplacé
Ou est-ce le chaos annonçant notre fin
Quand nous serons nous-mêmes également consommés
Qui viendra clore nos yeux et joindre nos deux mains

14

Un petit mot pour l'auteur ? 13 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Angel
Angel · il y a
Très bien écrit, dans une réalité actuelle, un vote bien visé.
Image de Philippe Vlad
Philippe Vlad · il y a
Joli texte bien pensé , nostalgie partagée et vote confirmé ! ;)
Image de Gaston Tannenbaum
Gaston Tannenbaum · il y a
Merci à vous.
Image de Gabrielle Vitte
Gabrielle Vitte · il y a
Le dernier couplet, super ! Une chute vraiment prenante, qui fait réfléchir et incite à relire, encore et encore, pour s'imprégner tout à fait des mots... Félicitations et bonne chance !
Image de Gaston Tannenbaum
Gaston Tannenbaum · il y a
Vos mots me touchent. Merci.
Image de Gabrielle Vitte
Gabrielle Vitte · il y a
C'est les votre qui me touchent oui ! :P
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Moi, j'aime ! ...( les coq /li/ cots/ fleu/riss...)
Image de Gaston Tannenbaum
Gaston Tannenbaum · il y a
Merci. Tout dépend effectivement de la manière dont les mots sont lus.
Image de Sébastien Mercier
Sébastien Mercier · il y a
Attention aux faux alexandrins : Les coquelicots fleurissent partout dans le vallon : les/co/que/li/cots/fleu/ri/ssent/par/tout/dans/le/va/llon/ soit 14 pieds.Joli texte sinon.
Image de Guest
Guest · il y a
L'alexandrin est un moule à pieds. On n'admet pas qu'il soit mal chaussé, traînant dans la rue des semelles ajourées de musique. La poésie contemporaine qui fait de la prose en le sachant, brandit le spectre de l'alexandrin comme une forme pressurée et intouchable. Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s'ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes: ce sont des dactylographes. Le vers est musique; le vers sans musique est littérature. Le poème en prose c'est de la prose poétique. Le vers libre n'est plus le vers puisque le propre du vers est de n'être point libre. La syntaxe du vers est une syntaxe harmonique - toutes licences comprises. Il n'y a point de fautes d'harmonie en art; il n'y a que des fautes de goût. L'harmonie peut s'apprendre à l'école. Le goût est le sourire de l'âme; il y a des âmes qui ont un vilain rictus, c'est ce qui fait le mauvais goût. Le Concerto de Bela Bartok vaut celui de Beethoven. Qu'importe si l'alexandrin de Bartok a les pieds mal chaussés, puisqu'il nous traîne dans les étoiles! La Lumière d'où qu'elle vienne EST la Lumière...
Image de Gaston Tannenbaum
Gaston Tannenbaum · il y a
Merci pour la correction ... et l'appréciation.
Image de Guillaume Giroud
Guillaume Giroud · il y a
Beau texte qui me rappelle un de mes textes sur un monde à la dérive, bonne chance
Image de Gaston Tannenbaum
Gaston Tannenbaum · il y a
L'expression que vous utilisez me convient tout à fait. Merci.

Vous aimerez aussi !