2
min

Le cerveau de Jake

Image de Antigone

Antigone

7 lectures

3

« Tout est détraqué
J’ai l’impression d’avoir le cerveau
En gruyère
Me lever, un calvaire
Soulever de la fonte, une galère
Baiser, un enfer
Parfois, une angoisse diffuse m’étreint
Je me mets à pleurer, comme une fillette
Je me recroqueville comme un gosse
Ça passe
Dans ces moments-là
Je pense à ma mère
Ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps
On ne se parle jamais
Je me contente de lui envoyer des Quality Street pour son anniversaire
Quand elle m’a eu, elle avait 17 ans
Je l’ai toujours entendu dire
Que j’avais gâché sa jeunesse
Alors nous deux
Dès le départ
Ce n’était pas l’amour fou
Elle m’a élevé correctement
J’dis pas le contraire
Mais sans gestes d’affection
Des goûters joyeux
Des mots tendres glissés dans mon cartable
Des histoires lues au moment du coucher
Très peu pour elle
Elle a vécu sa vie comme on dit
Moi, à ses côtés
Pas avec moi, vous voyez
Des mômes
Je n’en ai pas eu
Je n’ai pas fait la bonne rencontre
Mon style de vie ne s’y prêtait pas
Aimer une femme, un enfant
Je n’aurais pas su faire de toute façon
Il n’y a pas de notice pour ça.
Quand on n’a pas été désiré
Cajolé
Hein, dur d’aimer à son tour
Mon père ?
Ah, lui... c’est du lourd
J’ai conservé
Deux choses du bonhomme
Un cran d’arrêt
Le fait qu’il ne faut jamais tendre
La joue gauche
Faut rendre coup pour coup
Voire plus, qu’il me disait
Faut esquiver bien sûr
Encaisser si nécessaire
Ensuite seulement, cogner, encore et encore
Jusqu’au vertige
Bon, il n’a pas bien fini, mon père
Il s’est couché lors d’un combat
Un parieur malchanceux lui a tailladé la fémorale
C’est pour lui et en hommage à LaMotta
Que j’ai changé de prénom
Jake LaMotta, The Bronx Bull, mon héros
Faut voir ses combats, nom de Dieu
Cette agressivité contenue qui se transforme en violence ultime
Round après round
Un chien fou
Au début de ma carrière, je m’inspirais de lui
Je dézinguais à tout va
Je faisais monter la pression sans raison avant
D’appuyer sur la gâchette, trancher la carotide, serrer la corde
Tordre le cou, mettre le feu
Au fil du temps, j’ai appris à me maîtriser
A garder mon sang froid
A tuer proprement
Aujourd’hui, cette peur qui m’envahit
Je ne sais pas d’où elle vient
Mais l’essentiel est que j’arrive encore à tenir n’importe quelle arme
Ma main ne tremble pas
Le neurologue me dit que j’ai le cerveau nickel
Aucune lésion
Je n’ai pas le début d’une explication
A ces coups de blues
Rassurez-moi
Rien de ce que je vous ai raconté ne sort de cette pièce, hein
Sinon j’vous fume
Alors, M’sieur Lacan
Vous pouvez quelque chose pour moi ? »
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Bravo pour Jake
·
Image de Incorigibile
Incorigibile · il y a
J’ai adoré
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur