L'AMOUR EST UN CON

il y a
1 min
17
lectures
2
N’oublie pas mon prénom
Au canif sur le tronc
Du figuier au jardin
Ou tout a commencé.

Le vois-tu palpiter
Quand tu prends ton thé
Adossée au mur
Jusqu’à l’échancrure.

Brule-t-il encore de moi,
Fait-il feu de tout bois,
Pour allumer tes yeux
Lorsque tu pries ton Dieu.

Moi je vis à Paris,
Tout froissé et tout gris
Ici les arbres ont des grilles
Ficelés aux trottoirs de la ville.

Je vis au rythme des saisons
Parfois je murmure ton prénom
L’autre jour j’ai écrit sur un mur :
L’amour est un con !
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,