LA LOI DU PLUS FORT

il y a
1 min
46
lectures
12
L’homme alors guerroyait, alerte, infatigable,
Entre deux nouveau-nés, ne quittant sa tanière
Que pour assassiner avec belle manière,
Et imposer sa paix, fière, abominable.

On mourait pour un Dieu, sur les eaux, dans le sable,
Ou pour un Roi divin, un Duc, une rivière,
Avant que le sang coule on chantait la prière,
Et le péché mortel devenait impeccable !

Aujourd’hui c’est pareil mais l’épée a changé,
Le Veau d’Or à la banque est informatisé,
La Culture au rebut, l’élite analphabète,

Le Taureau, le Grand Cerf et l’Abeille au mouroir,
Peu leur chaut, ces élus, n’ayant plus de miroir,
Que l’Humanité sombre ou que crève la bête !
12

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !