La ville

il y a
1 min
293
lectures
20

De vous à moi... Bonjour je viens à vous Au détour de ces pages Pour vous parler de vous De moi et d'un voyage Au pays des pensées Des fortes émotions J'ouvre mon cœur, entrez ! Et ... [+]

Les lumières de la ville viennent de s’allumer,
Et c’est d’un pas tranquille que j’aime l’arpenter ;
Quand cesse la fureur de ses automobiles,
La ville ouvre son cœur, cesse d’être débile,
S’anime différemment au passage de la nuit,
Epouse le nonchalant, son cœur, le ralentit.

La ville, à la nuitée, expire sa pollution,
Ronronne soulagée, libère ses émotions,
Libère sa pensée après les heures diurnes,
Heureuse de parler au joli clair lune...
Heureuse de chanter, et même de siffler,
Des airs du temps passé de Brassens ou Ferré.

On a jamais le temps, tout va toujours trop vite,
Alors je prends l’instant quand la ville m’invite,
Quand elle donne à mes pas une envie de voler,
Quand elle donne à mes bras l’envie de l’enlacer...
De l’embrasser, aussi, mon baiser dans le vent,
Amoureux, «bel ami», com’ l’eût dit Maupassant.

La belle ne dort jamais... sommeille seulement...
Ecoutant les secrets qu’on lui dit en marchant,
C’est une confidente qui bien souvent m’apaise,
Et même s’il pleut, s’il vente, je m’y sens bien à l’aise,
L’âme de nos poètes investissant ses rues,
Leurs écrits dans ma tête... leurs poèmes tant lus.

Ses commerces fermés laissent la place aux bars,
À ceux aimant flâner en chassant le «cafard»,
Allergiques du jour, à l’intense lumière,
Préférant l’abat-jour, du soir, l’heure dernière,
La sortie de minuit étant la plus jouissive,
Pour tous les incompris, les proies de la dérive.

La ville, la nuit, murmure... chuchote... parle tout bas...
Sa voix feutrée rassure, sécurise le pas,
Raconte des histoires, livre des souvenirs,
Restés dans sa mémoire... qui me feront dormir...
Quand je serai rentré avec le petit jour,
Que je serai couché en rêvant d’un amour...

...Qui me viendra, c’est sûr, sur les bords de la Seine,
Com’ la ville me l’assure... sa main dedans la mienne,
Promesse a ses paumés qu’elle aide comme elle peut,
Aimant les conforter... et je suis l’un d’entre eux,
L’un d’entre ces milliers amoureux de leur ville,
Trinquant à sa santé... pour s’endormir tranquille.
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,