1
min

La vie est insolente

20 lectures

6

La vie est insolente

Les grands arbres tordus, ressemblaient au plafond
D'antiques prieurés que le vent fou éventre,
Et qui laissent passer un soleil de miel blond.

J'avançais cœur battant, une boule au bas-ventre,
Effrayée soudain par le silence lourd,
Comme si le démon me guettait dans son antre.

Je voulais avancer, mais mon corps bien trop gourd
Semblait ne pas vouloir m'arracher à la terre;
J'essayais de crier, mais mon cri était sourd.

De verdâtres lichens et des tiges de lierre,
Et toiles d'aragnes obstruaient le chemin,
Qui amenait tout droit à un vieux cimetière.

Je serrais dans mes doigts un ôcre parchemin,
Sur lequel s'étalait, en signes concentriques,
De fins dessins écrits avec du sang carmin.

J'avais l'inné savoir qu'ont les kabbalistiques,
De cacher bien secret aux communs des mortels,
Leurs fatals lendemains, bien trop catastrophiques.

Un soleil aveuglant, venu d'un humble autel,
Eclaira tout à coup d'une lueur ardente,
La forêt alentour et j'entendis l'appel.

Claire réveille-toi, la vie est insolente,
Elle te redonne enfin le droit de commencer,
A vivre un bel amour d'une façon fervente.

Le passé à présent ne peut influencer.
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Non seulement la vie est insolente, mais en plus votre chute est si effervescente..
·
Image de Duje
Duje · il y a
Une bien belle poésie aucunement insolente ( il y en a par ailleurs qui ne valent guère leurs appréciations) ,mérite une bien meilleure audience.
·