La Tençon

il y a
1 min
4
lectures
1
Connaissez-vous ce col?
Il est niché là, en soi pas bien haut, pas bien beau,
Fiché en contrebas du Grand Raz, presque au chaud.
Et pourtant, l'arpenter m'a servi d'école
Par goût de l'amitié ou des rencontres impromptues,
Du temps pur ou impétueux, de l'acharnement le plus têtu,
Jour après mois après saison, j'ai labouré son sol.
Dans des bains de boue, ou la pire des poussières, j'ai appris.
J'ai apprivoisé la solitude ou le partage, qui n'ont pas de prix.
J'y ai fait de l'effort un vecteur d'ivresse, à grands bols.
Dans ces voies boisées, ces forêts raidillonnes (sic)
Par les effets de la nature qu'on y sillonne,
J'ai voisiné la plénitude, comme sous alcool.
Les chutes et ratures m'y furent légion,
Genre d'apprentissage, de ces bifurcations menant à la Tençon:
Ce sentier incrusté dans ma pensée, comme une ligne un peu folle.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Louis Le Mizieu
Louis Le Mizieu · il y a
Il y a comme ça des sentiers fondateurs, des berges de lac, des châtaigniers fantasmagoriques, des hêtres gaulois, des cols qu'on atteint en vélo fou d'épuisement même s'ils n'ont pas le nom de col...
Image de Jean-Marie Loison
Jean-Marie Loison · il y a
En effet Louis, le nom fait parfois beaucoup. J'aimerais beaucoup échanger avec vous, à propos de vos propres sentiers fondateurs!