La tempête

il y a
1 min
261
lectures
41
Qualifié

J'aime l'humour et la poésie  [+]

Image de Eté 2016
Le vent mugit dans les haubans
Et leurs cliquetis lancinants
Sont comme des sanglots oppressés
Dans les vagues de larmes glacées.

Le navire, courageusement,
Se dresse, brandissant son étrave,
Comme un glaive au dessein sanglant,
Refusant le destin d’épave.

Puis il retombe, se fracassant
Tel un pantin anéanti
Dans le tonnerre d’applaudissements
Des démons d’Éole en furie.

Les vagues avalent aveuglément
Les dernières tentatives de vie ;
Aucune supplique assurément
N’arrête leur terrible appétit.

Au matin, le vent s’est calmé,
La mer clapote innocemment,
Personne ne comprendra jamais
La dispute de ces deux amants.

41

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !