La rivière

il y a
1 min
378
lectures
32
Qualifié
Source fraiche, elle nait à l'ombre d'un coteau,
À la vie elle rit, tel l'enfant au berceau,
Et s'enfuit aussitôt, mutine et frémissante,
Comme vers l'avenir court une adolescente,
Ivre d'air et d'espace, aspirant au bonheur.
Tout lui semble joli : le ciel, l'oiseau, la fleur,
Le monde est un Eden qui l'attire et l'enchante,
Le mal n'existe pas pour la belle ignorante !
Il faut pour la troubler l'affront du premier heurt
D'un débris révélant du monde la laideur.
Car la ville a surgi, dédale redoutable,
Qui transforme en égout la rivière adorable.
La pauvrette s'y perd, comme on voit trop souvent
Sombrer dans les bas-fonds un bel être innocent.
Dans de noirs souterrains la voici qui s'engouffre,
Cœur meurtri, corps souillé, qui se débat et souffre...
Puis le jour reparait, le combat est fini,
La paix va revenir à l'être endolori.
La rivière a franchi les défilés funèbres,
Comme la femme échappe aux affres des ténèbres
Où le destin plongea celle qui crut un jour
Au serment éternel d'une chanson d'amour.
Le temps calme l'ardeur de ses sens en déroute,
Mélancoliquement elle reprend sa route...
Dans son cœur ravagé déferlent, lancinants,
Les flots des souvenirs, honteux ou purs instants,
Comme l'eau qui charrie, avec des fleurs fanées,
Les relents de l'égout... Puis, passent les années...
L'horizon s'assombrit, l'automne maintenant
Enveloppe son cœur. Fini l'enchantement
Des émois printaniers, l'inoubliable ivresse
De l'âge sans rival qu'est la prime jeunesse !
Bien dur est le chemin à suivre jusqu'au bout
Quand on vient à douter et de tous et de tout...
Perdant, jusqu'à son nom, dans une étape ultime,
La rivière s'en va se perdre dans l'abime...

Ainsi le cœur humain cherche au sein du néant
Le bonheur entrevu dans ses rêves d'enfant.
La mort, tel l'océan, dans sa grandeur sereine,
Reste un suprême abri pour les âmes en peine.
32

Un petit mot pour l'auteur ? 32 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Les petites rivières font les grands poèmes.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Magnifique
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Belle allégorie.
Image de Soizic Graham
Soizic Graham · il y a
Très beau poème
Image de Marcel Faure
Marcel Faure · il y a
Mais le bonheur n'est pas derrière soi.
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
J'ai aimé la prédominance des sonorités en "i", qui impulsent la présence de la rivière source de vie. Belles alternances des rimes masculines et féminines. Oui comme la communauté, un style hugolien dans ce poème :)
Image de Olivier Descamps
Olivier Descamps · il y a
Une oeuvre finement travaillée. Des alexandrins techniquement de qualité. Une réflexion sur le cours de la vie qui n'est certes pas un long fleuve tranquille. Belle découverte.
Image de Gali Nette
Gali Nette · il y a
Très beau poème. Bravo !
Image de Frédéric A.
Frédéric A. · il y a
Philippe, on vous connait surtout comme dessinateur aux textes impeccables. Aussi, quelle surprise de découvrir aujourd'hui ce texte sans images mais qui demeure poésie de toute beauté ! ^^
Image de Philippe Chevillard
Philippe Chevillard · il y a
Merci Frédéric, il n'y a pas d'image car pour participer à un grand prix il n'est pas possible d'en ajouter, et c'est ma participation annuelle, record à battre pour moi 31 cœurs :)
Image de Frédéric A.
Frédéric A. · il y a
Je suis certain que ça va le faire ! ^^
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Joëlle l’a déjà dit, je le redit... à ma manière... y a de l’Hugo dans l’air. Un très beau poème où l’on glisse doucement de l’eau, qui est la vie, à l’homme qui bientôt la perdra...
Image de Philippe Chevillard
Philippe Chevillard · il y a
De l'urgo dans l'air ! A ce point là!!! :)
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
L'urgo pour panser les plaies de la vie.. Et l'Hugo pour partir, à l'heure où blanchit la compagne... (non, je plaisante, moi, je reste à ses côtés ... )

Vous aimerez aussi !