5110

il y a
1 min
7
lectures
0

Conteurs à ses heures perdues, adepte du calme et des moments intimistes de l'âme, praticien des pensées vagabondes. NB: Après lecture jetez un œil sur les explications en fin de page et  [+]

Celle qui m'a ouvert
le panthéon de mes vers
étreint d'un amour pas encore de cristal mais de verre

Tu m'as donné le goût des parfums, des charmes, des tabous charnelles
Par ta morsure tu as blessé l'enfant éternel
Porté dans ta nacelle on a vaincu le ciel

J'ai aimé brisé ton corps
au mat du navire que t'adores
J'ai aimé brisé ton corps
de ce qu'on nous apprends de remords

J'ai aimé chasser tes rêves dans tes parfums quand tu dors
Et dans l'ambre garder ce souvenir comme on garde un trésor
Debout, sans peur, invincible, mais pourtant pas plus fort

Tu as enseveli mon corps, tu es mon premier rêve
Des défis et guerres qu'on ignore, la première trêve
Un souvenir immortel qui jamais ne s'achève
Tu resteras à jamais moulé dans ma chair, t'es sa sève.

Reviens moi encore,
je ne peux me défaire de ce sort,
ce sentiment que la flamme fatidiquement dévore

Reste fondue en moi quelques instants
L'enfant est grand mais non pourtant
j'ai besoin de ce son

Mon oreille n'est pas encore habitué aux nouvelles musiques
Reviens-moi encore, le temps que je me fabrique
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !