La pente d’époux

il y a
1 min
2
lectures
0

Je suis une poussière qui partage un destin universel, je profite de ma deuxième vie après la mort en me laissant aller sur les mots qui me hantent. Amateur de premier ordre, je conte la fiction  [+]

Je n’ai rien contre lui,
Comme un champignon dans un bouquet de faham,
Je n’étais pas à ma place
Ou mal accompagnée, mal assortie

Derrière les insomnies sous mon étoile,
Toi qui pansait le meilleur de mes espoirs,
Je te saigne à mon tour pour ne plus penser à toi

Je ne dors plus à côté de l’immensité de ton univers,
Je ne tiens plus à croire à mon devenir improbable

J’aimerais tant reprendre mon souffle dans ma bulle,
J’aimerais tant que tu sois là
Quand je serai morte à en crever l’absence de mes mots étranglés

Je pourrais enfin te quitter
Sans que tu te sentes coupable

Vivre enfin, sans prétexte et sans reflet,
Mon corps pourra passer sur mes fantasmes retenus

Je respirerais ma personne sans t’y voir,
Je ne souffrirais plus à être la lumière de ton ombre trop modèle

En buvant mes paroles et en y croyant vraiment,
Détendue et libre de tout,
Seule et enfin seule,
Je pourrais dormir les mains lâches

Tout ce qui pouvait être défendu,
Sera entre mes poignes

Je serais occupée comme je le souhaite
Et aucun moment,
Je ne reverrais mes démons à travers le monde
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !