La nuit de velours

il y a
1 min
45
lectures
9

Que dire... Chaque écrit à sa place, quelque part, dans notre monde. L’art est une chose éphémère que nous faisons vivre au gré de nos vies. Prenez un instant pour lire, si l’envie vous en  [+]

Ce soir, le ciel était d'or et de bronze. Au dessus de certaines touches de noir, un brouillard blanc et opaque le rendait sublime et ténébreux. De loin, je voyais l'église d'un village. Somptueuse, repoussante. Devant ce ciel de feu de camps, cette église, aussi banale qu'elle puisse être, m'a mis des frissons dans le dos et du blues dans la tête. Elle m'a rappelé des histoires et des peintures. Des bijoux et des trésors. Un instant de poésie volé au détour d'un énième voyage. Bientôt, sûrement, lorsque que les cloches de l'église auront sonné 21 heures, ce manège de couleurs aura disparu. Bientôt, le ciel affichera son noir le plus instance, où quelques étoiles, peut-être, nous danseront une valse d'amour et de tristesse. Et dans ce ciel de réglisse, au travers des étoiles, je verrai ton visage. Tes mots. Ton coeur. Je sentirai ta présence près de moi et ton souffle dans mon cou. Je prendrai ton visage dans mes mains et comme jamais je ne l'avais fait, je t'embrasserai. Je t'embrasserai plus fort et plus intensément que toutes les âmes qui ont pu passer sur tes joues avant moi. Je te regarderai dans les yeux et te raconterai ce rêve, cette vie, cet enfers. Je te raconterai tes yeux dans ces cieux de velours et bien sûr, oui bien sûr, je pleurerai... Je pleurerai ta voix, ton nom et par dessus tout, ton amour. Si doux, si sincère. Je pleurerai ta vie et sans honte ni sarcasme, tu pleureras ma mort... La mort que j'aurai trouvé cette nuit là en regardant tes yeux et ton sourire plus de secondes que quiconque puisse le permettre.
Parce que oui, je t'aime. Et je t'aimerai toujours.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,