La mort de Chatterton

il y a
1 min
14
lectures
1

Souvenez-vous de moi  [+]

Comme dans un étroit cercueil brun, un poète
Jeune, la tête blanche inclinée aux cyprès
Froissés, et le cœur lourd plein de pesants regrets,
Dort taciturne dans son lit, l'âme inquiète ;

Sur sa poitrine pâle un filet de linceul
Pleure. Il est étendu, sans obole à la bouche,
Attendant son départ dans l'herbe de sa couche
Froide ; il est oublié par sa famille, seul.

Il se lamente où pleut la tristesse. Les larmes
À la main, son envie a déposé les armes
Combattant âprement la Vie et le mépris.

Il part sans le recueil que l'idiotie daube ;
Le poète maudit dort dans le ciel, où l'aube
Reconnait le front mort du génie incompris.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !