La grève des organes

il y a
1 min
8
lectures
0

Voyageur de l'esprit, perdu dans son imagination. Mélancolique notoire. Fabricant de rêves, âgé de plusieurs milliers d'années (d'après les bruits)  [+]

Au sein d'une communauté, du monde
Mieux vaut rester une unité, même furibonde
Car sans cela
Tout s’effondre, et plus rien ne marchera.
J'en prends pour exemple la fable suivante.

Il était une fois
Où l'union de notre corps s'en est allée.
Le premier à se plaindre fut le foie.
Il dit, en s'adressant aux organes variés :
« Mes amis, l'un d'entre nous estima
Que le travail n'était que de second plan.
Je parle bien sûr de ce fainéant d'estomac !
Le voilà, là-bas, dormant
Bien au chaud auprès des étoiles.
Je propose que, de même,
Nous prenions nos ailes étoffées
Pour toucher la Lune qui, dans le noir ciel, nous sourit
Et de tomber, à notre tour, dans les bras de Morphée. »
Le cœur, alors, s'écria :
« Une somptueuse idée ! »
En conséquence, le corps cessa
D'harmoniquement fonctionner.
Car, à la vue de ces vacances,
L'estomac, en se réveillant, cessa ces avances.
Ce fut alors que, peu à peu,
Chaque organe commença à s'affaiblir.
Ils ne pouvaient maudire qu'eux.
Finalement, le corps entier était en train de mourir.
Et c'est là qu'ils se rappelèrent
Que l'estomac leur donnait l'énergie
Et la force de vivre et travailler.
Tout reposait entre ses mains, à lui aussi.
Alors, a ville organique entière se mit à s'éveiller,
Et l'estomac, qui roupillait de nouveau, y compris.
Le corps put respirer pour de bon,
Le cœur battant.
Les organes lui demandèrent de son pardon,
Ce que l'estomac offrit rapidement.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !