160 lectures

27

Qualifié

A mesure que se ferme, cet écrin narcissique,
Autour du chérubin que jadis j’ai pu être
Arrive alors à terme, cet air nostalgique,
Qui me paraît si bien, depuis qu’il m’a vu naître,

Alors que se conclue, ce pacte démoniaque,
Qui va me signifier, la forme à revêtir,
Se joue là dans la rue, sous couvert d’ammoniaque,
Un bien étrange sonnet, qui ne me fait sourire,

Je me rends compte soudain, de tout ce qui arrive,
Des visages oubliés, des souffrances à venir,
Hélas il n’y a rien, qu’une divine missive,
A pouvoir arrêter, ce qui ne peut finir,

Et tout le soulagement, que je pensais avoir,
Et toutes ces émotions, que je veux oublier,
Vont bel et bien un temps, me sourire au miroir,
Sans aucune relation, avec le but cherché,

Mais maintenant il est tard, trop pour être sauvé,
Pourvu que tout se passe, comme je l’avais prévu,
Tu vas trop m’en vouloir, toi seule qui m’as aimé,
Avec le temps qui passe, tu n’y penseras plus.

PRIX

Image de Printemps 2013
27

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyriciste Nwar
Lyriciste Nwar · il y a
Vraiment la fin?
Prière de lire mon texte pour la finale du Prix Rfi jeunes écritures
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/plus-quune-vie?all-comments=1&update_notif=1546656533#fos_comment_3201198

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Alors que la pyramide de glace dans mon verre venait de perdre un niveau en un tintement assez agréable, je revins à la réalité et sortis de ma léthargie commémorative. Toutefois, en buvant ...

Du même thème