La couleur Isabelle

il y a
1 min
2
lectures
0
Le reflux brisera la chaîne
Qui me revient comme une plume
J'emporte l'adieu dans le domaine
De goélands qu'un jour nous fûmes
Une escale ça dépend comment
On l'amarre au quai de tendresse
Il se détache des enfants
Des parenthèses qui n'ont de cesse
J'effeuille mes vagues à l'âme
Comme un parfum au vent qui fuit
Des rendez-vous de macadam
Où se consument endormis
Les émigrants des pas perdus
Qui pleurent une mer jamais apprise

Dans la brisure et dans la rue

Cette rumeur qui nous emporte
Au fond des agendas perdus
Dans le séisme Venise est morte
De la solitude marine du
Clown ancien des barcaroles
Qui se gondole et qui ondule
Dans le trémail comme une sole
Quand se figurent nos lunules
Là-bas chuchote l'oiseau de cuir
Boitant du coeur comme un mannequin
Clopin-clopant et pour finir
Sans rémission dans un bouquin
Ô gardienne des brises l'âme
Ô capitaine blanchi d'écume
Cette pâleur qui forme la trame

Des chiffonniers de l'amertume
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,