La belle et la Mort

il y a
1 min
963
lectures
290
Qualifié

Rivière d'Amou  [+]

Image de Printemps 2018
Sous les sons endiablés le soir brûlait ses pas,
S'immolant dans le rythme elle bougeait en cadence.
Il l’observait depuis le début de la danse
En prince de la Mort, dans l'ombre du trépas.

Apprêté en humain de manière élégante,
Il venait en soldat du destin acéré
Faner avant minuit cet esprit éclairé,
Ayant pour seul grief sa beauté arrogante.

Il avait élancé ses sbires les serpents,
Sur Terre, pourchasser cette mortelle cible,
Qu'ils durent signaler d'un sifflet indicible
Pour que sournoisement il place un guet-apens.

Charmé, il contemplait cette ombre vespérale
Se mouvoir en douceur, paisible de candeur,
Puis rentra dans le bal pour happer son odeur
Mais à sa vue elle eut une peur viscérale !

Il était démasqué, minuit était passé,
Le squelette apparent, la Mort comme visage !
Et ne put l'attirer sur le final rivage
D’un dernier baiser qui eût son cœur glacé.

290

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !