1
min

La ballade ensorcelée

Image de Arcubius

Arcubius

36 lectures

4

Quand une lune plus noire encore que la nuit
Obscurcissait la vision et les sentiments
Et que l'hiver transformait en neige les pluies,
C'est cette soirée là que choisit mon amant.

Pourtant il m'avait dit tant de fois qu'il m'aimait,
Qu'il choisissait de vivre sa vie dans mes bras
Et qu'il vivrait pour me plaire, qu'il m'adorerait
Si je voulais accorder ma danse à ses pas.

J'étais belle en ce temps, plus encore qu'aujourd'hui,
Jeune et vierge, comme le premier soleil de l'été,
Dansant nue dans les landes de brumes et de buis
Pour appeler les esprits de la terre et les fées.

Il m'avait vu un soir sur le lac des tempêtes
Quand l'orage et la foudre jouaient avec moi;
Son coeur brûlé décida de faire ma conquête
Ou de mourir pour moi en sautant du beffroi.

Il me promit de l'or, des bijoux, des soieries;
Il m'offrit des chevaux, des parfums et des perles;
Il jura l'éternité et le Paradis
Chaque matin en même temps que chantait le merle.

Puis nous nous sommes aimés comme on aime à vingt ans,
Sans limite, sans obstacle, sans le moindre mensonge;
Et son âme à mon âme enchaînée par le sang,
Chaque nuits nos esprits se mêlant dans nos songes.

Et ce soir là il m'emmena dans la forêt,
Il me déshabilla comme la première fois,
Me fit l'amour une dernière fois, passionné,
Puis me dit qu'il en aimait une autre que moi.

Pauvre homme capricieux et changeant, tu m'appartiens,
Entre mes cuisses tu scellais un pacte sacré;
Ton âmes, ton coeur, ton corps et esprit sont les miens,
Tu l'avais oublié, je te l'ai rappelé.

Tu as ri, pauvre de toi, d'un amour maudit
Alors j'ai repris ta vie, elle m'appartenait,
Alors j'ai pris ton coeur, je l'ai engloutit,
Les démons jurent que tu es en moi à jamais.

Tu le savais pourtant, il ne faut pas m'aimer,
Maintenant ton âme m'attend là bas en Enfer;
Tu le savais pourtant, pauvre humain torturé,
Qu'il ne fallait jamais aimer une sorcière.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Viens-tu du ciel où de l'enfer , qu’importe Ô beauté ! Ton regard infernal et divin... Charles Baudelaire.
·
Image de Randolph
Randolph · il y a
Le premier texte de vous que je lis...je vais lire les autres !!
·
Image de Arcubius
Arcubius · il y a
Merci !
·