L'Espoir

il y a
1 min
327
lectures
46
Qualifié

Tout ça, ce sont des parties de nous qu'on arrache aux mots - ou que les mots nous arrachent. Ils sauront vous parler de moi  [+]

Image de Hiver 2015
Te chercher du regard, avoir le pas pressant,
Au milieu de la foule, bousculer les passants
Retrouver un semblant de ton allure effacée
Ne voir qu'un inconnu, avoir le sang glacé.

Mais tu n'existes pas.
Tu n'existes plus mon amour.
Tout ça c'est du passé, de l'ancien, du non-retour.

T'as fait mourir mes nuits, t'as fait pleurer mon corps
Je t'ai tenu la main aux côtés de la mort
Et aux aurores, aux aurores t'es parti
Au revoir amour, Adieu ami.

Et j'ai pourtant l'espoir de te voir apparaître
Accoudé au comptoir, penché à ta fenêtre.
Et j'ai pourtant perdu toute ma rage de vivre.
Seul l'instinct de la passion me pousse à te chercher
Pour nous réunir, pour nous revivre,
Pour effleurer encore notre bonheur passé.

Ai-je rêvé cette nuit, pareille à une ivresse,
Qu'on oublie le matin, vautré dans notre honte ?
Ai-je rêvé cette nuit, toi dieu, et moi déesse ?
J'ai dû égaré son souvenir, j'ai dû perdre la foi.
Et tous les jours qui suivront, faudra-t-il que j'affronte
Le chagrin, la peur ; la pensée de n'être qu'un lambeau de toi et moi.

Une boîte à souvenirs,
Une mémoire trop pleine,
Une tête cassée,
Une coquille vide,
Une folle.

Pourquoi ?

Un "nous" qui s'est brisé
Au tournant d'une avenue.
Et mes larmes irisées
Ne seront jamais vues.
46

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Marie

Marie M.P.

Elle était bizarre Marie.
Et quand elle riait c'était pour partir un peu. Pour s'éloigner de nous, en lançant ses éclats tranchants de rire.
Et quand elle frappait, elle partait aussi. Elle... [+]