1
min

L’éléphant rose.

Image de Fennec

Fennec

10 lectures

0

(Avec l’aimable et inattendue participation de monsieur Charles Baudelaire que nous tenons à remercier).

Parfois pour ne point s’ennuyer les pygmées
Attrapent des éléphants roses, mammifères de la savane
Qui suivent des yeux, hagards et vitreux
La caravane s’engouffrant dans la jungle.

Des qu’ils ont jeté dans les cieux
Ces dieux de la plaine, honteux et paniqués,
Battent farouchement de leurs grandes oreilles roses
Les airs, comme les bras d’un moulin.

Ce promeneur oreillé, comme il est gourd et vieux !
Lui jadis si gracieux, qu’il est drôle et moche !
L’un agace sa trompe avec son os bigoudi,
L’autre mimi en battant des bras, le mongolien qui rodait.

Le fou est semblable à l’ante christ de la faune
Qui se dore au soleil, et se régale de choux,
Projeté dans le ciel au milieu des boubous
Ses oreilles de géant ne l’aident pas à voler.

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,