1
min

L’avaleur

Image de Lolo Calicot

Lolo Calicot

0 lecture

0

C’qu’y prend plaisir à roter dans son écuelle
C’monstre à la faim cruelle ;

Tantôt gras et ben sapé
Tantôt rachitique et cocaïné,
Y n’a qu’un seul credo :
Mangez son pain sur vot’ dos.

C’t’un ogre, un avaleur
D’billets z’américains,
Mandarins, européens ;

C’t’un dévoreur d’bonheur
Des petits et des grands
Foyers de l’humanité.

Qu’il est long l’temps d’z’indigents,
Qu’il est doux c’lui des financiers
Dont la recette est :
Beurre, blanc d'œuf, sucre, amandes, farine de blé.

« Farine de blé »
Sans déconner
Teh, je m’demandais
Porquoi ces pâtisseries
Portent el’mêm’ nom que ces bandits ?

J’vais vous l’dire moi
Vous m’croirez
Ou ben vous m’croirez pas :

C’est pour satisfaire
ses clients v’nus d’l’Enfer (la Bourse)
que Lasne (c’est le pâtissier)
a réinventé pour l’financiers d’son quartier
qui n’voulaient pas s’salir les doigts (comique quand on a d’jà les mains sales)
cette pâtisserie rectangulaire com’ un lingot d’or (mark’ting mark’ting).

C’pâtissier c’t’un héros.

L’a volé
L’voleurs ;
Avalé
L’z’avaleurs.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,