L’ardu Sonnet

il y a
1 min
345
lectures
190
Qualifié

De moi vous ne saurez que ce que mes poèmes vous content. Tantôt triste et spleenaire tantôt extravagant fantaisiste tantôt fou amoureux pamphlétaire, fabuliste, joueur avec vous avec le temps  [+]

Image de Été 2018
Le sonnet, mon très cher, ne peut qu’être classique,
Aux lois de la métrique il doit se prosterner,
Pour lors que le lecteur apprenne à discerner
Où se trouve l’esprit dans la douce musique.

En célébrant Ronsard et sa plume artistique,
Son rythme, son tempo, bien loin de lanterner
Imitent le lampyre et voudraient gouverner
Et les nuits et les peurs d’une lueur magique.

Choyez la prosodie en phonèmes plaisants,
Harmonisez la rime au goût de votre Muse,
Allégez par des fleurs le dommage des ans,

Nimbez d’allégories les vers, qu’on s’en amuse.
Gardons un peu de sel pour l’ultime minute,
En dernier vers ici : l’acrostiche est la chute.

 

190

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !