Jusqu'à l'aurore.

il y a
1 min
44
lectures
20
Qualifié

Le temps d'un clin d'oeil au passage Je suis le reflet sur l'étang, L'ombre légère d'un nuage A je ne sais plus quel Printemps, La première brume d'Automne Et la poussière de l'Eté Où  [+]

Image de 2018
Image de Poèmes
Oui, je me souviens de l’amour
Dont la flamme jusqu’à l’aurore,
Ou plus, ou moins, brûlait toujours ;
Oui, je me souviens de l’amour.

Je me souviens, si longs, si courts,
Des mots ardents de nos discours
Tant la fièvre en demeure encore
Et tant la passion m’en dévore.

Douceur du lit où tour à tour
L’ombre s’apaise ou vient éclore,
Prélude lent d’un météore
Au ciel d’un désir sans détour,

Et lorsque le soleil déflore
La nuit aux voiles de velours
N’avons-nous pas maudit l’aurore ?
Oui, je me souviens de l’amour.

De ce qui fut rien n’a plus cours,
Je ne sais si tu le déplores ;
Mais de minuits en points du jours,
Moi j’évoque d’autres aurores
Et je me souviens, mon amour...
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,