7 lectures

1

L'aube se levait sur l'océan infini
Et les rayons du soleil, encore endormis
Se réveillaient en éclairant de mille couleurs
Cette immensité d'eau avec une telle splendeur
Que l'on aurait cru l'océan devenu feu
Etait-ce enfer ou paradis ? Un peu des deux
Je me trouvais quasiment dans un autre monde
Où le soleil émergerait des eaux profondes

Ce splendide paysage que je voyais
Assis, tout seul, sur cette plage de galet
Me faisait penser à toi avec déception
Je revois tes beaux yeux et ton sourire mignon
Pendant des heures je suis resté devant la mer
À penser à toi avec un chagrin amer
Je crus voir ton visage sur l'étendue des flots
Des larmes ruisselèrent et tombèrent dans l'eau

Mais le soleil était maintenant haut dans le ciel
Et les eaux reprenaient leur couleur naturelle
Je voyais des bateaux naviguer au lointain
Mais aussi tes yeux bruns et tes cheveux châtains
Je me souviens de toi avec mélancolie
Je pense toujours à toi, jamais je ne t'oublie
Il y a désormais plein d'étoiles dans le ciel
Et un croissant de lune tout petit, tout frêle

Il est l'heure à présent que j'aille me coucher
Et c'est sûrement à toi que je rêverai...
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,