10 lectures

1

(Hommage à Erik Satie, grand pianiste et compositeur) 

Somnambule frénésie de l'été,
Où la ville aspire belle tendresse,
Valse mon amoureux à pas léger,
Enlacée, fait de moi ta maîtresse.

Où la ville aspire belle tendresse,
Dansait le soir, l'envie de te tenir
Enlacée, fait de moi ta maîtresse.
Ô loin de nous détresse et repentir.

Dansait le soir, l'envie de te tenir,
Au triolet de mes souvenirs.
Ô loin de nous détresse et repentir.
Dans ce rêve, échangeant nos désirs.

Au triolet de mes souvenirs.
J'ai compris où s'emmêlaient nos aveux
Dans ce rêve, échangeant nos désirs,
Où nous étions, oui je te veux.

J'ai compris où s'emmêlaient nos aveux,
Valsant tout les deux sur le pavé,
Où nous étions, oui je te veux.
Somnambule frénésie de l'été.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,