Je bats de l'aile

il y a
1 min
0
lecture
0
Tombée de tout mon long, hélas, je bats de l'aile.
Je m'en vais dinguer au gré des dunes mouvantes.
C'est l'adieu si vibrant de ma voix émouvante
D'amertume, comme celle de violoncelle.

D'un oeil, je vois des nuages noirs à l'horizon.
Unique en son genre, un vautour semble aux aguets.
On dirait d'un charognard à laisser fourguer
Pour avoir tenu un langage hors de saison.

Tous, lui et moi nous préparons bien des ennuis;
Nous sommes, hélas, comme le jour et la nuit.
Que cet antagonisme d'intérêts s'achève !

Ô douleur ! puissent les plus beaux jours revenir!
Pour être tout dépitée, je caresse un rêve,
Pourvu que ce ne soit plus qu'un mauvais souvenir.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,