1
min

J'aime à rêver

Image de Gilles Paquelier

Gilles Paquelier

7 lectures

2

J’aime à rêver, assis au bar
Quand le café fume sur les vitres
A des travailleurs en retard
Pour cause de nuits à faire le pitre.

J’aime à rêver, fieffés grigous
Nababs laqués de graisse et d’or
Que dans vos palais coffre – fort
Vous finissez seuls à genoux.

J’aime à rêver, hommes de peine
Quand le travail brûle vos veines
Que dans vos tours sans paysage
La joie parfois est de passage.

J’aime à écrire, l’âme en ballade
Quand le buffet de gare s’éveille
Des vers de rêves posés sur le rade
Entre croissants crème et bouteilles.
2

Vous aimerez aussi !

Du même auteur