J o Jeanne

il y a
1 min
0
lecture
0

Les poissons nagent sans but dans la minuscule lagune

Triangles
Rectangles
polygons d'or

Les oiseaux tournent dans de faux et lents cercles de vent
Ils entrechoquent leurs bouches d'oiseaux, de poissons à l'intérieur de mon sexe,
Volant intelligemment face à moi. Mais nous continuerons à marcher
Nos pas construisent de profondes empruntes
Qui bientôt deviendront tranchées, pour ensuite devenir fleuve
Et continuons à marcher !
Les chacals, la nuit, se nichent dans les nuques des hommes
Nous mastiquerons, mon Seigneur !!!
Ensemble, marchons sur les terres
Leurs langues
Que leurs têtes s'ouvrent furieuses comme des soleils
Que leurs torses se rompent en mille morceaux
¡Traversons leurs cieux comme des flèches
Vainquons le temps!
Ma chair et mes viscères furieux
Mes lèvres fuyant jusqu'à la sphère gelée du sang
C'est l'Hiver....
La Peau de mes yeux s'Évapore
Le printemps de mes yeux pousse comme une merveilleuse
plante grimpante parmi les rats.
La Mort
Maîtresse inévitable du temps

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,