[Isse & ô]

il y a
1 min
1
lecture
0

Délivrée de maux, enivrée de mots, je vibre  [+]

I.
Telle une toile que tu tisses,
tu me captures vibrations et vices,
alors sur ton fil de soie, je glisse.
Te voilà bien donc dominatrice.
Ne crois pas que je vais être admiratrice
de tes pensées les plus dévastatrices.
Aujourd’hui, je résiste et je fais l’exercice,
de ne pas répondre à tes caprices.

II.
Tes feuilles se tiennent droites et gémissent.
Fleur bleue, je tombe dans le précipice,
rejoindre malgré moi les abysses.
Ton comportement de séductrice
ravive les nombreux et cruels indices,
de ton potentiel en matière de malice.
Combien de fois, ai-je voulu appeler la police ?
Jamais ce n’était le moment propice,
bien trop prête à me plier à tes supplices.

III.
Bienvenue dans les fraiches coulisses,
de mes cuisses et mon entrecuisse.
Il est de sortie, ton appendice.
Te voilà enfin en lice
d’exhiber amour et haine : les prémices
de la vie, montrant une simple cicatrice
au cœur et au corps de ton édifice.
Elles se présentent sous les meilleurs auspices,
prêtes à faire jaillir le feu d’artifice.
Le sourire que j’esquisse
en dit long sur mon envie de boire au calice.

IV.
S’il te plait, rends-moi service,
marre de l’injustice et du sacrifice.
Pars avec moi et fais-toi complice
de notre nouvelle force créatrice.
Une brèche dans notre histoire, un interstice,
qui ne se verra point novice,
mais plus folle, un grain de maléfice.
Pimentons notre aventure, une épice
à ajouter sur notre jeune bâtisse.
Sombre dans mon solstice,
et avoue, de me lire est un délice !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,