Quand les mots me prennent Par le coeur, ils m'entrainent Dans mes rêves, mes peurs puis je les dépose, douce rumeur Aujourd'hui je vous les livre Vous me lisez vivre Ne soyez pas trop  [+]

Pour quelques heures encore le doute, l’expectative
J’ai mis ça dans un coin de ma tête, de mon coeur
Pour ne pas céder à la panique ou la douceur
Ne pas regretter, ne pas avoir peur, rester active

Garder la pensée focalisée pour oublier
Ne pas imaginer cette vie à deux, à trois?
Ne pas s’inventer un nouveau toit
Ne pas rêver de toi , ne pas ceder, ne pas plier

Mais croire tout de même quelques secondes
Sourire, s’en rendre compte et vouloir fuir
Prise par la panique d’en vouloir jouir
De cette vie qui n’est pas féconde

Mais là, dans le secret de ce lit qui n’est pas le mien
Seule après minuit, au coeur de la nuit avant demain,
Je rêve de te porter en mon sein, de te donner la main
Tu serai si merveilleux si tu étais... mais tout cela est vain

Il faut cesser de rêver et de croire, il faut dormir
Demain on me dira que tu n’es pas- s’en est presqu’a rire
Partir de peur d’arriver à toi et te vouloir quand il ne le faut pas
Alors que tu ne serais qu’une erreur, un faux pas
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !