Infanticide

il y a
1 min
491
lectures
187
Qualifié

"Tout à coup un lien s'est créé, moins sophistiqué, plus sensuel, plus sanguin. J'ai eu l'impression d'entendre bondir en moi l'envie d'écrire, comme si, tout à coup, une bête furieuse  [+]

Image de Printemps 2020

Le soleil éclatant de sa robe d’ivoire,
A traîné jusqu’en moi, son empreinte morbide.
Et j’ai trouvé souvent, pendu dans le miroir,
Le reflet de cet être, en suspens, dans le vide.

Si les bras sont ballants, le regard est hagard,
Et le reste du corps est une chrysalide.
Il me revient souvent – comme un vieux cauchemar –,
Le visage effrayant de cet être sans ride,

Accroché dans un coin, comme au fond d’un couloir,
Sous un plafond gâté par des poutres humides,
Balançant, sous mes yeux, comme deux encensoirs,
Ses membres à la fois vacillants et rigides.

Aussi l’ai-je trouvé, bien souvent, par hasard,
Oublié dans le froid, en des rêves fétides,
Sous des draps de plastique, à l’abri des regards,
Son cadavre gisant dans des parfums putrides,

Ou bien dans un caveau, sous une dalle noire,
Enfoncé dans un bois, sous un manteau livide,
Comme un vieux souvenir ancré dans la mémoire,
Un fantôme endormi dans un lange sordide.

Quel que soit cet endroit d’où surgit son regard,
C’est un reflet, je crois, de mon propre suicide.
Au prochain rendez-vous – ni fuite, ni départ –,
Je prendrai dans mes bras ta carcasse frigide.

187

Un petit mot pour l'auteur ? 48 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Renaissance certaine après l'abandon des vieux schémas....
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Un beau texte. Bravo à vous.
Vous-avez toutes mes 3 voix.

Je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs, et à me soutenir avec vos voix, si jamais il vous plaît.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11
J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de Ori Oriole
Ori Oriole · il y a
Beau texte, j'ai aimé. Vous avez mes 3 voix. Je vous invite à voter mon texte: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-vie-minable
Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
C'est juste magnifique.tu a les voix. Pour me soutenir voici le lienhttps://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/au-commencement-etait-lamour-2
Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Bravo Sylka ! Vous avez mes 5 voix.
Merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de Katawa Jude Segou
Katawa Jude Segou · il y a
L'œuvre D'une triste réalité à un étrange rêve par l'auteur Katawa Jude Segou, disponible en ligne depuis 6 jours et 8 heures - «Suis-je dans le noir ou ... - Short Édition https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/dune-triste-realite-a-un-etrange-reve, en compétition. Je vous la propose en lecture
Image de Katawa Jude Segou
Katawa Jude Segou · il y a
Très curieux Votre poème. Le contexte est véritablement assez difficile à comprendre après quelques petites lectures. A chaque lecture une nouvelle interprétation. Bravo pour la stimulation cognitive qui ressort de botre poème. Pour ça, vous avez mes voix.
Image de Lola Lt
Lola Lt · il y a
Vous avez une très belle plume, mes voix ! Si vous avez quelques minutes je vous invite à venir voir mon texte qui est en finale dans la catégorie des 15-19 ans https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ma-nouvelle-vie merci :)
Image de Lolo Calicot
Lolo Calicot · il y a
Même sans réponse, l'essentiel pour vivre, n'est-ce pas d'avoir ces questions que le rêve laisse en suspens ?
Votre poème offre des questions, c'est un beau cadeau.

Image de Sylka Takï
Sylka Takï · il y a
Merci Lolo Calicot !
Image de Vincente
Vincente · il y a
Entre les terribles hallucinations récurrentes et le réalisme de ce "reflet de mon propre suicide", il y a cette sensation d'être enfant, fragile, en devenir, et pourtant adulte mais avec un passé si lourd que la mort n'est jamais bien loin. Je vois le narrateur, traumatisé dans sa jeunesse, être agressé de et par lui-même, morfondu au point de se percevoir enfant meurtri par ses propres tourments. Il est l'enfant tué, par lui-même pense-t-il, mais bien sûr celui qui subit ce regard tueur, le sien… Mais il choisit de faire front, démasquer cette impétrant abusif, "au prochain rendez-vous" il le prendra à "bras le corps"…
Le propos est terrifiant, l'audace narrative laisse des ambiguïtés comme autant de biais interprétatifs à saisir, ou non, par le lecteur, et l'écriture classique offre un cadre soigné, tout cela offre un très fort poème.

Image de Sylka Takï
Sylka Takï · il y a
Merci pour ce commentaire riche et sensible. Le champ des interprétations reste ouvert en effet... à l'image du rêve qui nous abandonne au réveil, nous laissant avec des impressions tenaces et face à des questions qui restent sans réponse.

Vous aimerez aussi !