Ineffable manque.

il y a
1 min
50
lectures
8

Bonjour, Prenez- place, et partez à la découverte de mon univers... Si l'envie vous tente d'autres textes sont sur mon site https://mdmslmargaux.wixsite.com/mademoisellemgx N'hésitez pas  [+]

Le temps passe et chaque matin,
Ton souvenir s’éteint.
Lorsque l’aube se fut levée,
Je pensais te retrouver.

Assise sur ce banc de bois,
Face au grand Paris
Que nous regardions tant de fois,
J’attendais dans un espoir inouï.

A l’heure où j’ai intégré
Le fait que tu ne viendrais guère,
Vers la ville, je suis retournée
Lentement jusqu’aux frontières.

A ton porche, j’ai cheminé.
Ton vélo n’était plus contre la clôture
Et j’ai voué de revenir sans tarder.
D’être en ce lieu à ton retour.

Eitan, les jours ont passés et chaque matin
Mes pas me portaient devant tes escaliers,
Avant que je termine par m’éloigner,
Larme au cœur.

Un temps infini s’est écoulé
Pour que je réalise que tu n’étais plus là.
Pendant un instant, dans ma vie tu es passé,
Me laissant la chaleur de tes bras.

Dans mon esprit tes traits s’effacent peu à peu,
Seule reste ta voix harmonieuse.
Ton visage ne restera à mes côtés,
Le temps nous fait oublier.

L’encre de ma plume n’a plus d’emplacement
Pour se déverser sur le papier.
Alors, il doit être temps d’achever
Cette esquisse de souvenirs, de sentiments.

Dans le reflet orangé du ciel,
Je brûlerai ce poème
Dans l’espoir qu’il te parvienne,
Que tu l’attrapes au vol.

Loin l’un de l’autre,
Il faut être.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,