Horizon

il y a
1 min
0
lecture
0

Je cours, je vole en tout sens. Pas assez de temps pour tout faire, tout découvrir. J'adore écrire depuis mes 9 ans, en solo, discrètement, sans doute par peur de ne pas satisfaire les lecteurs  [+]

Je connais le ciel et les vagues qui jonchent le regard de la mer.
A qui veut l’entendre, les mouettes hurlent leur bonheur
Et leurs ailes se déploient en de grands drapeaux.

De par la fenêtre je vois
Scintiller l’écume qui vient mourir sur le sable
Pour ensuite renaitre dans le flot du silence.

Il me faut humer les senteurs du sel sans fermer les yeux
Pour mieux voir la rêverie se répandre
Sur le sable tiède de ma jeunesse.

Mais où se cachent mes rêves ?
Sont-ils enfermés dans le sarcasme de mes nuits
Ou bien sont-ils encore vivants dans mon cerveau embrouillé ?

Et je reste à regarder la mer se défiler sous mes pieds
Et arpenter le sable avec douceur
Comme le velours d’une caresse.

Donc, je reste à croire encore
Qu’il existe un paysage comme une peinture
que le vent emporterait vers l’horizon.

Or, le tourbillon de la vie
Etale son ironie qui ne connait ni l’illusion,
ni les promesses du moment.

Car il en va ainsi
Du temps qui passe filtré dans le sablier
De nos modestes existences.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,